Logo Gallerie Terrades
Petit logo Gallerie Terrades

Gustave Mailand

Paris, 1810 – Cannes, 1880

 

Les Ruines de Karnak au crépuscule, vers 1856

 

Huile sur papier marouflé sur toile

25,5 x 34,5 cm

 

Provenance

Atelier de l’artiste

Angèle Emilia Marie Mailand, épouse Chodron de Courcel, sa fille (1844-1923)

Par descendance, collection particulière

 

 

Né dans une famille aisée de notaires parisiens, Gustave Mailand se forme auprès de Léon Cogniet. Exposant au Salon à partir de 1836, Mailand se spécialise, à la suite de son maître dans la peinture d’histoire anecdotique (Marie-Stuart au château de Lochleven, 1836 ; Mort de Mme de Maintenon à Saint-Cyr, 1838 ; Captivité de Charles d’Orléans en Angleterre, 1841, etc.). Ayant hérité de son père une fortune qui lui offre une certaine liberté, Mailand effectue de nombreux voyages et il expose régulièrement des vues d’Allemagne, d’Italie, de Suisse ou d’Angleterre (Vue du château de Stockenfels, 1836 ; Le Retour de la moisson à l’Oberland-Bernois, 1838 ; Château de Kenilworth, 1844, etc.). En 1842, il achète le Prieuré de Villemoutiers, près de Montargis, qu’il transforme en élégant château de style troubadour. Là et dans son hôtel particulier parisien, il accumule une riche collection de tableaux et dessins anciens dont le très beau Saint Jérôme de Jacques-Louis David, acheté dans les ventes Fesch (Québec, musée de la civilisation du Québec). Après 1859, Mailand cesse d’exposer au Salon et probablement de peindre pour se retirer dans une autre propriété près de Cannes, où il meurt en 1880.

 

En 1855-1856, Gustave Mailand accomplit un grand voyage au Proche-Orient, visitant l’Egypte mais aussi la Syrie et la Lybie. De retour à Paris, il peint, en s’inspirant du vaste ensemble de dessins et d’études prises sur le vif ramenés de son voyage, des paysages qu’il expose aux Salons de 1857 et 1859 (Vue de la première cataracte du Nil, prise de la pointe de l’île Eléphantine ou Vue des temples de la rive occidentale de l’île de Philae, Salon de 1857). Lors de son séjour en Egypte, Mailand est frappé par le site de Karnak, ce complexe religieux comprenant un vaste ensemble de ruines de temples, chapelles, pylônes et autres bâtiments, situé au nord de la ville de Louxor, sur la rive Est du Nil. Le temple de Karnak, reconstruit et développé durant plus de 2000 ans par les pharaons égyptiens, de Sésostris 1er à l’époque ptolémaïque, s’étend sur plus de 2 km2 et constitue le plus grand complexe religieux de toute l’Antiquité. Pour cette étude sur papier, qui fait partie de cet ensemble exécuté sur le motif, l’artiste s’est placé au milieu des ruines ; une large trouée au milieu d’un mur permet d’apercevoir au loin deux des nombreux pylônes de Karnak, constructions monumentales servant de porte d’entrée au temple.



 
Retour